Art: Davide Edoardo Cassano

Qui va prendre soin de ceux et celles qui prennent soin ?

Michele Non classé

Qui va prendre soin de toutes celles et de tous ceux qui, chaque jour, prennent soin de nous ou de nos proches ?
Pense-t-on seulement à ce qui les attend dans les jours à venir ? Sommes-nous seulement capables de l’imaginer ?

Je n’ai pas entendu parler de mesures pour soutenir, physiquement et psychologiquement, le personnel de santé par exemple.
Je parle déjà de mesures de bon sens, qu'il s’agisse d'une salle où chacun peut vraiment se reposer physiquement ou psychiquement où d’un endroit où être écouté (sans être jugé ni évalué) est possible.
L'on sait le bien-être que le partage des émotions ou des sentiments procure.
L’on sait aussi l’impact que quelques minutes de véritable détente ont sur le corps.
Seulement voilà, on dirait que certaines professions ne sont pas sensées avoir un corps et ne sont pas non plus sensées avoir des émotions.
Peut-être s’attend-on à ce que ces hommes et ces femmes souffrent en silence ?
Le mot prévention n’a-t-il aucun sens ici ?
Faut-il attendre un nombre particulier de maladies, d’accidents de travail, d’absentéisme, de burn-out pour prendre des mesures qui relèvent, somme toute, du simple respect de la personne ?
S’attend-on à ce que le personnel de santé gère et l'afflux et l’immense détresse émotionnelle et parfois la violence des patients, l’angoisse de leurs proches, sans soutien aucun sur le plan personnel ?
Les croit-on immunisés contre tout impact émotionnel et qu’ils vont miraculeusement récupérer de la fatigue accumulées depuis des années ?
Croit-on vraiment qu'ils sont immunisés — ou équipés de protections efficaces — contre un virus que nous sommes tous susceptibles de véhiculer ?

J’aimerais vraiment que la question suivante leur soit posée :
— Que pouvons-nous faire pour vous ?

A l'heure où le profit se veut régner en maître, les bénéfices de cette pandémie se traduiront peut-être finalement par un accroissement, un développement durable de la conscience, celle de l'inter-connectivité de toute chose et de la nécessité de prendre soin les uns des autres. Je pense à tous ceux et toutes celles qui, en ce moment-même, agissent pour l'intérêt général : pompiers, livreurs, éboueurs, commerçants… la liste est longue.
De quels trésors d'inventivité sommes-nous capables pour leur venir en aide et les soulager ?

© Michèle Le Clech
Art: Davide Edoardo Cassano