Rêve et spiritualité

Carnets de rêves Humeur du jour 5 Comments

img_0783Le contact avec les rêves et un interlocuteur authentique et bienveillant — authentiquement bienveillant —, nous invite parfois à nous pencher sérieusement sur ce que nous avons été amenés à vivre dans certaines de nos institutions à vocation dite spirituelle.

Comme pour nous encourager, ce qui incarne nos plus belles aspirations à la spiritualité est alors illustré par les rêves comme un obstacle dans la relation avec le Bien-Aimé. Le spiritual bypass ne passe pas dans le monde intérieur. Certaines voies sont par ailleurs si teintées de rigorisme et tellement dogmatiques que les rêves les présentent comme un bastion duquel on cherche à s’échapper. Ils montrent qu’au fond de la psyché, quelque chose vient faire barrage à nos échanges avec ce qui, en nous, est véritablement au service du cœur, et que les échanges basés sur le jugement, les devoirs et la culpabilité ne sont pas vraiment le terreau idéal pour les graines d’amour.
Ils en montrent aussi les répercussions, les moyens dont nous usons pour trouver quelque apaisement… et le cercle infernal dans lequel nous sommes pris. Si nous n’accordons pas suffisamment d’attention aux messages qui nous invitent à quitter certains chemins, quelque chose de nous se voit peu à peu coupé de l’eau de la vie. Il se peut même que certains se désespèrent de n’atteindre pas “l’éveil” ou le ravissement dont font état les mystiques, et tout au fond de l’âme, sans qu’ils en connaissent souvent la provenance, langueur et tristesse s’installent.
Soir après soir, certains s’offrent alors une eau de vie…
Un deuxième verre… et puis un autre…

Mais les rêves guident le voyageur de l’âme ; ils peuvent même devenir menaçants, soulignant le danger de certaines tendances addictives. Dans La Délivrance dans les contes de fées, Marie-Louise von Franz écrit :

Le besoin de boire, de même que celui de se droguer est, dans de nombreux cas, secrètement motivé par la nostalgie de l’expérience numineuse. L’extase chargée d’émotion était originellement et historiquement l’élément de base de l’expérience religieuse. Quand des êtres sont séparés et frustrés de cette expérience, par intellectualisme ou pour toute autre raison, la nostalgie du spirituel prend quelquefois cette forme par trop concrète : l’extase religieuse est recherchée dans la bouteille !

Ce n’est parfois qu’en réjoignant les anciens élèves de ces institutions — ceux qui ont quitté le maître extérieur pour se tourner vers le maître intérieur, redevenant ainsi de nouveaux apprenants — que l’on retrouve la liberté “d’être en amour” et de restaurer un dialogue aimant avec soi, avec les autres, avec la Vie.

— © Michèle Le Clech

Comments 5

  1. Cela fait du bien de te relire…

    Merci pour cet article !
    Oui, la prise de drogue (et l’alcool en est une forme légale) est – plus ou moins consciemment – liée à la recherche “d’autre chose”…de notre part “spirituelle”…
    Ce n’est pas pour rien qu’on appelle certaines boissons des “spiritueux”…et que la fabrication de certaines boissons alcoolisées était supervisée…par des religieux (Chartreuse, Kir…)

    1. Post
      Author

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.