CG Jung : la secrète racine du devenir

Carnets de rêves Edition 1 Comment

Les Racines de la conscienceC’est cet amour maternel qui fait partie des souvenirs les plus touchants et les plus inoubliables de l’âge adulte, et qui signifie la secrète racine de tout devenir et de tout transformation, le retour au foyer et le recueillement, le fond primordial silencieux de tout commencement et de toute fin. Intimement connue et étrange comme la nature, amoureusement tendre et cruelle comme le destin, dispensatrice voluptueuse et jamais lasse de vie, mère de douleurs, porte sombre et sans réponse qui se referme sur la mort, la mère est amour maternel, elle est mon expérience et mon secret. A quoi bon toutes nos paroles trop prolixes, trop erronées, trop pauvres, voire trop mensongères au sujet de cet être humain appelé mère, dont — pourrait-on dire — le hasard fit le porteur de cette expérience qui enferme en elle ma mère, moi, toute l’humanité, et même toute créature vivante qui devient et passe, le porteur de l’expérience de la vie dont nous sommes les enfants ?
On l’a toujours fait, certes, et on le fera toujours, mais celui qui sait ne peut plus faire retomber cet énorme poids de signification, de responsabilité et de devoir, de ciel et d’enfer, sur ces êtres faibles et faillibles, dignes d’amour, d’indulgence, de compréhension et de pardon qui nous furent donnés pour mères.
Il sait que la mère est porteuse de cette image innée en nous qui est la mater natura et la mater spiritualis, la sphère de la vie tout entière, à laquelle, enfants, nous avons été confiés et, en même temps, abandonnés. Il n’a pas non plus le droit d’hésiter un instant à délivrer la mère humaine de ce fardeau effrayant, par égard pour elle et pou lui-même. Car c’est précisément ce poids de signification qui nous enchaine à la mère et qui l’enchaine à son enfant, pour la perte spirituelle et physique de l’une et de l’autre.
On ne dénoue pas un complexe maternel en réduisant unilatéralement la mère à une mesure humaine, et, pour ainsi dire en la “rectifiant”. Ce faisant, on court le danger de dissoudre en atomes l’expérience “mère”, de détruire ainsi une valeur suprême et de jeter au loin la clé d’or qu’une bonne fée mit dans notre berceau. C’est pourquoi l’homme a instinctivement adjoint au couple des parents le couple divin préexistant sous la forme de “godfather” et de la “godmother”, de parrains du nouveau-né, afin que celui-ci ne risque pas, par inconscience ou rationalisme à courte vue, de revêtir les parents de divinité.

Comments 1

Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.