La fuite

Carnets de rêves Humeur du jour Leave a Comment

cupboardPour échapper à ce qui nous emprisonne, il n’est parfois pas d’autres moyens que de ruser.

Dans ces recoins de la psyché où tout paraît déshumanisé, il n’y a parfois qu’une seule chose à faire : se retirer, ne pas lutter, juste fuir. Ce sont des moments où l’on ne peut s’en remettre qu’à soi-même, et seulement à soi.
On évitera la peur, mauvaise conseillère et dénonciatrice de toute initiative qui irait à l’encontre de l’existant — ces idées si affreuses, si négatives, qu’elles vous bétonnent une vie où rien ne peut fleurir. On évitera aussi de vouloir mettre de l’ordre là où les choses ne sont, de toute évidence, pas faites pour nous.

Ruser, fuir, se cacher… Oui, se cacher est aussi une option, et c’est parfois la meilleure option que l’on ait, tant que l’on n’a pas identifié le type d’énergie qui se présente à nous. Et la meilleure cachette est parfois justement le premier stade de notre évolution prochaine : le pas que l’on ne franchit pas encore, celui derrière lequel on se réfugie… pour observer… pour avancer de façon plus sûre.

Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.