Marion Woodman: boulimie

Carnets de rêves Citations Leave a Comment

The Ravaged BridegroomJe suis en procès. La salle d’audience est à l’église (la mienne). Le juge dans la chaire, c’est mon père. Je suis résignée. Le verdict est inévitable. Je sais que je serai déclarée coupable d’être qui je suis. Je reste pleine de dignité devant mon père-juge, mais je suis terrifiée : dans le cimetière, je peux entendre les aboiements des chiens affamés et je sais que la peine encourue pour mon crime est d’être jetée aux chiens.
Dans le rêve, nous pouvons voir comment le père, tout à fait inconsciemment cependant, trahit la nature de son enfant. Elle croyait qu’il comprendrait son lien avec l’enfant abandonnée de l’histoire, mais quand il s’est moqué de ses larmes, elle s’est sentie totalement coupée. Ses sentiments ont été réprimés dans le corps, et sont devenus des chiens tyranniques qui risquent de la dévorer, tout comme elle engloutit la nourriture pour essayer d’éviter leur colère.
De manière significative, le père apparaît dans le rêve comme un principe patriarcal — juge, évêque, dieu-père — sans amour personnel pour Julia. L’homme extérieur est devenu le magicien intérieur. En fait, le pouvoir qu’elle projetait auparavant sur son père, elle le projette à présent sur ​​son amant ; l’absence d’enracinement dans la vie (l’abandon de la mère) la pousse à s’accrocher à son amant comme à une mère ; l’angoisse de la perte entraîne la compulsion alimentaire (la douceur, aliment maternel). Les chiens dans le cimetière avaient faim de tout ce qu’elle s’était refusé […]

— Marion Woodman, The Ravaged Bridegroom – Masculinity in Women

Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.