Marie-Louise von Franz : contacts humains et thérapie

Carnets de rêves Citations Leave a Comment

DelivranceContesFeesPour toute personne qui s’efforce à se confronter à ses problèmes en solitaire, il est, bien évidemment, de première importance de comprendre le langage de l’inconscient en elle.
Ainsi, si je rêve d’un bain réparateur, cela ne signifie pas la même chose que si le songe me montre un animal  à sacrifier.
On peut, certes, prendre ces symboles sur le seul plan de leur signification  superficielle et banale. Mais, si l’on se donne la peine de les interroger plus avant, on verra s’ouvrir au-delà d’eux l’immensité de la nature  numineuse du monde et de la vie […] Toutefois, l’homme qui se débat seul avec ses problèmes a besoin d’un contact humain avec autrui, car nous ne saurions évoluer dans le vide.
Le fait que je discute les questions qui me tiennent à cœur avec un ami ou que je m’en ouvre à un thérapeute présente une différence sans effet si la personnalité du thérapeute n’est pas en ordre et, à plus forte raison, si la relation affective entre le  thérapeute et le patient n’est pas ce qu’elle devrait être.
Je ne parle pas ici du transfert et du contre-transfert, tant débattus de nos jours, mais d’une relation affective authentique et adulte, c’est-à-dire de ce que Jung a qualifié d’Eros, d’amour, qui comprend et guérit parce qu’il restaure la totalité première.

— Marie-Louise von Franz, La Délivrance dans les contes de fées

Comments 0

  1. Merci pour ce rappel qui touche à l’essentiel: au-delà de la dimension thérapeutique, ce qui guérit est l’Éros, une certaine qualité d’authenticité dans la relation. Ces “carnets de rêve” sont décidément précieux.

    1. Post
      Author

Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.