Animus négatif et énergie

Carnets de rêves Humeur du jour Leave a Comment

vampireOn peut bien prendre la décision d’entreprendre quelque chose — ou même de prendre des vacances —, mais il faut aussi compter avec l’animus négatif.
Les rêves sont fort utiles pour le “suivre à la trace”, car ils nous permettent de voir ce qui se passe intérieurement, et donc de comprendre où passe l’énergie dont nous aurions besoin : c’est ainsi que l’on constate qu’elle est parfois remisée dans un endroit particulier de la psyché, qu’elle est comme dilapidée entre les mains d’une sorte de flambeur, ou bien encore qu’elle est dérobée par quelque malfrat. Et c’est la raison pour laquelle, pas plus que nous ne parvenons à nous mettre au travail, nous ne parvenons pas non plus à nous sentir en vacances.
L’animus n’est pas à ce qu’il fait, il analyse, réfléchit dans le vide ou calcule, une grande quantité d’énergie se perd, et le temps file entre ses doigts. Dans le cas contraire, il est comme pris de frénésie, s’investit dans des activités futiles ou chronophages, et l’énergie est gaspillée.
Et quand l’animus négatif finit par manquer d’énergie, il se tourne naturellement vers le conscient.
Mais, à ce stade, celui-ci est déjà exsangue…
— Comment notre “ami” s’en sort-il dans ces cas-là ?
Oh c’est très simple : il dévore l’énergie ambiante. Tel un vampire, il suce le sang de quiconque croise son chemin.
Il est comme un chien aux abois, affamé, acculé, qui vous avalerait tout entier si vous n’y preniez garde. A ceux qui croisent son chemin, il laisse un immense sentiment d’épuisement… et une totale incompréhension de ce qui vient de se produire.

— © Michèlel Le Clech

Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.